Expositions recommandées : Gallery Weekend Berlinois 2018

Recommandations de Judith Lavagna, commissaire d’exposition indépendante à Berlin

Judith Lavagna_Agora Collective

(c) Agora Collective

Pour cette nouvelle édition de Gallery Weekend, je ne manquerai pas les derniers jours de l’exposition Mess with Your Values au n.b.k. (Neuer Berliner Kunstverein), à Mitte dans le centre de Berlin. Les onze artistes lauréats de la bourse du Sénat 2017 y présentent un ensemble de vidéos, photographies et installations portant sur les changements sociaux et les paradoxes, tant politiques que culturels, de notre société contemporaine. En particulier, l’installation de l’artiste française installée à Berlin Nadira Husain, Only Paradoxes to Offer, inspirée d’une nouvelle de science-fiction féministe de Joanna Russ, où une femme défie et subvertit la puissance du pouvoir patriarcal par un geste coup de point.

NBK120318_025_web

Nadira Husain, Only Paradoxes to Offer, vue d’exposition Mess with Your Values, 2018, Neuer Berliner Kunstverein, 2018 © Neuer Berliner Kunstverein / Jens Ziehe

La vidéo Tourneur de la berlinoise Yalda Afsah est également saisissante. La caméra se concentre sur les mouvements de jeunes hommes dans une corrida et parvient à exacerber les tensions entre l’animal pris au piège et cette communauté, dans un décor absurde composé de mousse et de structures gonflables.

nbk_MessWithYourValues_YaldaAfsah1

Yalda Afsah, Tourneur, vue d’exposition Mess with Your Values, 2018, Neuer Berliner Kunstverein, 2018 © Neuer Berliner Kunstverein / Jens Ziehe

Au premier étage, où se situe les éditions et l’artothèque du n.b.k., j’irai voir le nouveau travail d’Eric Baudelaire, Walked The Way Home, vidéo réalisée dans les capitales de Paris puis de Rome. L’artiste y filme à vitesse ralentie l’omniprésence sécuritaire et donne à voir sous de multiples angles et regards dérobés cette cohabitation (pas toujours consentie) entre soldats de l’armée, passants anonymes, caméras et espace public.

nbk_WalkedTheWayHome4_web

Eric Baudelaire, Walked The Way Home, 2017, vue d’exposition Neuer Berliner Kunstverein, 2018 © Neuer Berliner Kunstverein / Jens Ziehe

Pour éviter la cacophonie des vernissages du vendredi 27 Avril, je me concentrerai sur  celui  de la galerie ACUD MACHT NEU, dont le programme est cette année confié au collectif curatorial Karma Ltd. Extended. Composé de Pauline Doutreluingne, Jana J. Haeckel et Petra Poelzl, Variations on Time est un projet divisé en sept volets qui offre (enfin) une visibilité à des acteurs jusqu’ici trop peu montrés. Loin des stéréotypes de genre et d’une pensée occidentalo-centrée, Karma Ltd. Extended met en avant un projet politique, féministe et expérimental d’une grande qualité et invite à l’occasion du Gallery Weekend les artistes Susanne M. Winterling et Kapwani Kiwanga. Cette dernière, qui vient d’obtenir le Frieze Artist Award, montre un travail inspiré de la série des Subduction Studies (2015-2017), où l’espace entre les continents européen et africain s’imagine en « supercontinent », territoire de spéculation mais aussi de migration géopolitique en devenir.

2017_KK_Subduction_Study_08_web

Kapwani Kiwanga, Subduction study #8, 2017, Courtesy Galerie Tanja Wagner

Nous sommes toujours à Mitte, et à quelques pas dans la Augustrasse, les KW Institute for Contemporary Art inaugure son nouveau programme Pause avec le projet hybride et collaboratif d’AA Bronson. En parallèle de cette plateforme performative et événementielle de cinq jours, l’artiste américain sera présent à la galerie Esther Schipper au coté du groupe pionnier d’art conceptuel General Idea, dans une exposition réalisée sous le commissariat de Frédéric Bonnet.

Nous sommes dans le quartier de la Potsdamer Straße et nombreux sont les galeries et les project spaces à s’y être établi ces dernières années. Je recommanderai donc de s’y promener et de visiter Supportico Lopez et le programme de The Performance Agency, série d’expositions organisée par la galerie et la collection hétéroclite d’éditions et d’objets Archivio Conz, d’y voir les dernières productions d’Oliver Laric chez Tanya Leighton, sans oublier le travail protéiforme et étrangement mystique de Danny McDonald chez Isabella Bortolozzi.

C32A9488

Vue d’exposition A Matter of Printing, Supportico Lopez, Courtesy Archivio Conz et Supportico Lopez, Berlin

Du coté de la scène française à nouveau, je recommanderai le dernier projet de Loris Gréaud, LADI ROGEURS: SIR LOUDRAGE – a still life à la galerie Max Hetzler dans le quartier de Charlottenbourg. Pour sa première exposition personnelle à la galerie, l’artiste réalise un ensemble de pièces immersives et spatio-temporelles dans la continuité de ses recherches autour de la notion de projet et de ses représentations scénique et cinématique, dernière partie d’une trilogie commencée avec Cellar Door en 2008 au Palais de Tokyo et The Unplayed Notes, présenté à la 57ème Biennale de Venise sous le commissariat de Nicolas Bourriaud.

Loris Gréaud

Loris Gréaud, LADI ROGEURS: SIR LOUDRAGE – a still life, Galerie Max Hetzler, Berlin, 2018

Judith Lavagna

Judith Lavagna est commissaire d’exposition indépendante et éducatrice. Ses recherches portent sur les pratiques artistiques collaboratives et performatives. Elle vit et travaille à Berlin depuis 2010.