Dix suggestions d’expositions à voir en 2014 par Julienne Lorz et Anna Schneider

montage photo

Julienne Lorz et Anna Schneider collaborent actuellement dans le cadre de la préparation d’une nouvelle forme d’expositions à la Haus der Kunst : les Capsule Exhibitions. Celles-ci seront inaugurées en octobre 2014 à la Haus der Kunst, avec la présentation condensée d’œuvres de Tilo Schulz et Mohamed Bourouissa. Les Capsule Exhibitions proposeront des œuvres nouvelles représentant des positions jeunes et internationales.

Elles nous font le plaisir de partager avec nous les expositions à ne pas manquer en 2014.

1. La voix humaine
Cette exposition part des thèmes abordés dans La voix humaine de Francis Poulenc, adaptation lyrique née en 1958 de l’œuvre de Jean Cocteau du même nom. A partir de ce drame, les artistes explorent les divers moyens d’exprimer des émotions extrêmes dans les sociétés actuelles – de l’exhibition de sentiments, qui nécessite un public, au rôle déterminant de la technologie dans l’établissement de relations étroites avec ses usagers.
C’est une belle liste d’artistes qui est ici proposée !
Avec les œuvres de Tyler Coburn, Cécile B. Evans, R. Kelly, Kalup Linzy, Erica Scourti, Cally Spooner, Frances Stark et Amelie von Wulffen.

Kunstverein München, Munich, du 25 janvier au 30 mars 2014

2. Matthew Barney : River of Fundament
La Haus der Kunst proposera au printemps 2014 une présentation complète du nouveau cycle d’œuvres  River of Fundament  de l’artiste Matthew Barney.
Sept années de méditation intense sur la mort, la réincarnation, la transformation et la transcendance sont concentrées dans cette œuvre d’art totale. Conçu en trois actes, le cycle explore les rituels funéraires de l’Egypte pharaonique et met en exergue une corrélation entre la mythologie égyptienne et la personnalité de Normal Mailers, dont le roman controversé Nuit des temps (titre original : Ancient Evenings) a initialement inspiré le projet.
L’exposition présentera quinze nouvelles sculptures en grand format, ainsi que des dessins, des vitrines et des photographies s’y rapportant. Parallèlement, le Bayerische Staatsoper accueillera la première mondiale du film-opéra symphonique de 5 heures réalisé par Matthew Barney en collaboration avec le compositeur américain Jonathan Bepler.
L’exposition étant exclusivement présentée à Munich, il ne faut surtout pas la manquer !

Haus der Kunst, Munich, du 16 mars au 17 août 2014

3. Ana Mendieta: Traces
Présentée à la Hayward Gallery de Londres dans un premier temps, cette exposition est consacrée à la courte vie (1948-1985) et à l’œuvre d’Ana Mendietas, à laquelle il était temps de rendre hommage.
Bien que son nom ne soit pas connu de tous, Mendieta est considérée comme l’une des artistes les plus importantes et influentes de notre temps. Son travail repose sur une diversité de médias qui s’étend de la photographie au film en passant par la sculpture et le dessin.
Dans sa recherche d’identité et d’origines, l’artiste a produit une œuvre aussi radicale qu’originale, dans laquelle se manifeste son intérêt pour la corrélation entre rituels et sculpture, et entre corps et nature.

Museum der Moderne Mönchsberg, Salzbourg, du 29 mars au 6 juillet 2014

4. Smart New World
Cette exposition s’intéresse à un phénomène des plus actuels qui, bien qu’exerçant une influence imperceptible sur nos vies, n’en est pas moins essentiel. Partant du postulat que le capitalisme industriel s’est transformé en un capitalisme numérique, entrainant des bouleversements sociétaux massifs, en particulier sur la question de l’image de soi, l’exposition explore « la relation fragile entre subjectivité et société postindustrielle, à une époque où la représentation de soi se manifeste de plus de plus à travers un voyeurisme numérique omniprésent ».
Nous sommes très curieuses de voir comment les artistes traiteront cette problématique complexe d’une actualité brûlante.
Avec les œuvres de Allora & Calzadilla, Xavier Cha, Simon Denny, Aleksandra Domanovic, Omer Fast, Christoph Faulhaber, Kenneth Goldsmith, International Necronautical Society, Korpys/Löffler, Moon Kyongwon & Jeon Joonho, Trevor Paglen, Tabor Robak, Santiago Sierra, Taryn Simon et Hito Steyerl.

Kunsthalle Düsseldorf, du 5 avril au 10 août 2014

5. Huitième Berlin Biennale
Assurément, la Biennale de Berlin fait partie des temps forts de cette année pour tout amateur d’art. Les éditions précédentes de la foire ayant chacune fait débat, il sera d’autant plus intéressant de découvrir les choix de Juan A. Gaitán et de son équipe artistique quant au format de la Biennale, aux artistes exposés ainsi qu’à l’approche conceptuelle adoptée.
Du point du vue du contenu, la 8ème Biennale de Berlin est consacrée à la thématique de la Ville. Les sujets centraux identifiés par l’équipe de commissaires seront particulièrement développés au sujet de Berlin. Il s’agit notamment des questions de la relation entre la ville et son environnement bâti, du sentiment d’appartenance développé par les citoyens et du rapport entre ville et travail.

Berlin Biennale, KW Institute for Contemporary Art et autres, du 29 mai au 3 août 2014

6. Simone Forti. Mit dem Körper denken: Eine Retrospektive in Bewegung
Au sujet de son travail, Simone Forti déclare : “Ce qui m’intéresse, c’est de savoir ce que notre corps nous enseigne sur les choses”. Aussi, bien qu’étant considérée comme une figure centrale de la danse postmoderne et du minimalisme, elle préfère se désigner comme une « artiste du mouvement ». Simone Forti est née en 1935 à Florence (Italie). En 1939, elle et sa famille sont passées par la Suisse pour émigrer à Los Angeles (Etats-Unis), où elle a grandi et vit de nouveau aujourd’hui, après avoir vécu à de nombreux autres endroits.
C’est une pionnière en tant qu’artiste, chorégraphe, danseuse et écrivaine.

Museum der Moderne Mönchsberg, Salzbourg, du 18 juillet au 9 novembre 2014

7. Andrea Büttner
Andrea Büttner utilise différentes techniques d’impression telles que la gravure sur bois et la sérigraphie, ou encore, depuis peu, la peinture sur verre. Entre ses mains, ces techniques traditionnelles donnent naissance à un langage de formes pouvant paraître abstrait au premier coup d’œil, mais qui s’avère ensuite bien figuratif. Pour ses expositions, l’artiste s’attaque directement à la pièce et peint les murs, aussi haut que sa taille et son pinceau lui permettent. Comment s’y prendra-t-elle avec les pièces du Musée Ludwig ?

Musée Ludwig, Cologne, du 5 septembre 2014 au 15 mars 2015

8. Camille Henrot : The Pale Fox
C’est à juste titre que l’artiste française Camille Henrot a été la vedette de la dernière Biennale de Venise. Avec à la fois une légèreté incroyable et un sérieux émouvant, elle a analysé le cours du monde et développé en passant un langage réellement contemporain jusqu’à présent inédit. C’est pour cette raison que nous nous réjouissons tout particulièrement de découvrir son nouveau travail, commandité par la Chisenhale Gallery (Londres), le bétonsalon (Paris), le Westfälischer Kunstverein (Münster) et la Kunsthal Charlottenborg (Copenhague), et qui sera présenté dans chacun de ces espaces.

Chisenhale Gallery, Londres, du 28 février au 13 avril 2014
Kunsthal Charlottenborg, Copenhague, du 20 juin au 17 août 2014
bétonsalon, Paris, de septembre à décembre 2014
Westfälischer Kunstverein, Münster, dates à confirmer

9. Extension et restructuration du MMK
Située dans la Taunusturm, gratte-ciel récemment construit à Francfort-sur-le-Main, la nouvelle dépendance du Museum für Moderne Kunst (MMK), qui représente près de 2000 m2 d’espace d’exposition supplémentaire, sera inaugurée en automne. L’importante surface ainsi gagnée permettra de rendre de nombreuses œuvres de la collection du musée accessibles au public, à travers des expositions temporaires. Au sein de ce nouvel espace, l’accent sera mis sur des thèmes actuels.
La restructuration offrira également à la maison mère de nouvelles possibilités, notamment celle d’élargir l’exposition permanente qui sera d’ailleurs réorganisée pour l’occasion – une plus grande partie des œuvres remarquables que compte la collection du musée sera ainsi visible de manière durable.
La restructuration et l’inauguration de la dépendance du MMK seront incontestablement deux excellentes raisons de visiter Francfort cette année.

MMK, Francfort-sur-le-Main, septembre 2014

10. Mark Leckey
L’œuvre  résolument idiosyncrasique de l’artiste britannique Mark Leckey se compose d’objets et installations, de films et vidéos, de posters et autres matériaux imprimés, de LED, d’écrans et d’installations sonores. A l’aide de cette variété de médias, l’artiste explore avec beaucoup d’humour des questions telles que la culture populaire, le commerce et la fétichisation des produits de consommation ou encore le progrès technologique et ses effets sur nous, les hommes.
Marck Leney s’est vu décerner le prestigieux Turner Prize en 2008 et ses œuvres ont été exposées à la Biennale de Venise, en 2013.

Wiels, Bruxelles, automne 2014
Haus der Kunst, Münich, du 29 janvier 2015 au 31 mai 2015

Julienne Lorz
Julienne Lorz est commissaire d’exposition à la Haus der Kunst, à Munich. C’est après un début de carrière dans l’univers de la danse moderne, en tant que danseuse-chorégraphe, qu’elle s’est orientée vers l’art contemporain. En 2004, elle a ainsi obtenu un master en commissariat d’art contemporain, au Royal College of Art de Londres.
Membre de l’équipe de la Haus der Kunst depuis 2005, elle y a participé à la conception de diverses expositions, notamment celles de Gilbert & George, Anish Kapoor et Ai Weiwei. Elle a également pris part à la réalisation d’expositions thématiques telles que Made in Munich – Editionen von 1968 bis 2008 (2008), Goldene Zeiten (2010), Skulpturales Handeln (2011), et Bild-Gegen-Bild (2012). Dans le cadre du cycle d’expositions Der Öffentlichkeit – Von den Freunden Haus der Kunst, elle s’est chargée de nouvelles productions du duo d’artistes Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla en 2008 et de Haegue Yang en 2012. En 2013, elle a présenté une rétrospective de l’artiste belge Joëlle Tuerlinckx.
Julienne prépare actuellement une exposition thématique avec des œuvres de Louise Bourgeois ; celle-ci débutera en février 2015 à la Haus der Kunst.

Anna Schneider
Anna Schneider est assistante curatoriale à la Haus der Kunst, auprès de Okwui Enwezor. Après avoir achevé sa formation de Kulturarbeit (métiers de la Culture) à la Fachhochschule de Potsdam en 2007, elle a obtenu, en 2009, un master en Exhibition & Museum Studies au San Francisco Art Institut, dans le cadre de la bourse Fulbright. Ses axes de recherche sont la dimension interdisciplinaire de l’art contemporain ainsi que l’étude des phénomènes culturels au regard du contexte historique, politique et économique.
Au sein de la Haus der Kunst, Anna a notamment travaillé sur les expositions ECM – Eine kulturelle Archäologie en 2012, Kendell Geers 1988-2012, Aufstieg und Fall der Apartheid et Paper Weight en 2013.
La même année, elle a organisé le premier Festival of Independents de la Haus der Kunst, une nouvelle forme d’évènements interdisciplinaires autour de la question de l’urbanité en tant que condition de la contemporanéité.

Photos de gauche à droite: Julienne Lorz (© Jörg Koopmann), Anna Schneider (© Barbara Donaubauer).