Dix Suggestions pour Paris pendant la Fiac par Marc Bembekoff

Bembekoff

A Paris, la Fiac ouvre ses portes du 23 au 27 octobre 2013. Expositions, musées, galeries,  centres d’art et de nombreux autres lieux sont à voir ou à découvrir. Trois commissaires parisiens listent leurs dix plus belles suggestions. Aujourd’hui les propositions de Marc Bembekoff, commissaire d’exposition indépendant. Il a suivi des études d’histoire du cinéma et d’histoire de l’art. En 2004, il a co-fondé le collectif Le Bureau/ avec lequel il mène de nombreux projets en France et à l’étranger. Il a travaillé en tant que curator pour de nombreuses institutions (Frac Champagne-Ardenne, musée Rodin, Palais de Tokyo).

Maison populaire – Centre d’art Mira Phalaina
2.10 – 12.12.2013
Meris Angioletti, Guillaume Constantin, Julien Crépieux, Maïder
Fortuné, Louise Hervé & Chloé Maillet, Nicolas Maigret, Mark Manders, Odires Mlaszho, Giulio Paolini, Sébastien Rémy, Oriol Vilanova
Commissaires : Anne-Lou Vicente, Antoine Marchand et Raphaël Brunel

Faisant écho au palais de mémoire, cette exposition regroupe un ensemble d’artistes qui mettent en jeu la transmission orale et ses possibles traces, mais aussi les liens qu’entretiennent mémoire, langage, image et architecture. A la fois œuvre et liant entre les œuvres, le display subtil et efficace conçu par Guillaume Constantin génère une déambulation parmi des modules en bois qui ponctuent l’espace du centre d’art.

Maison populaire – Centre d’art Mira Phalaina
9 bis rue Dombasle
93100 Montreuil

Pavillon des Indes
Inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1987, le Pavillon des Indes a été commandé par le prince de Galles, futur Edouard VII, pour représenter les Indes britanniques à l’Exposition universelle de 1878 à Paris. Transféré à Courbevoie à la fin du XIXème siècle et récemment restauré, ce pavillon accueille aujourd’hui une  résidence d’artiste, en partenariat avec l’Ecole supérieure des beaux-arts de Paris : Sarah Derat y est installée depuis septembre 2013, renouant avec la présence sur le site de George-Achille Fould, artiste peintre du début du siècle, fille du prince George Barbu Stirbei.

Pavillon des Indes
Parc de Bécon, 142 boulevard Saint-Denis
92400 Courbevoie

Omer Fast – “Everything That Rises Must Converge”
24.10 – 21.12.2013
Cette nouvelle installation d’Omer Fast est constituée d’une quadruple projection évoquant vingt-quatre heures dans la vie de quatre acteurs de films X à Los Angeles. Fidèle à ses préceptes, l’artiste trouble subtilement les pistes, entre véracité et subjectivité, entre narration et documentaire : il joue avec les codes de la représentation, entre moment présent et mémoire.

gb agency
18 rue des 4 fils
F-75003 Paris

Nicolás Paris – “room for us”
28.09 – 8.12.2013
Dans le cadre de sa résidence à la fondation Kadist, Nicolás Paris propose une exposition s’inspirant du modèle des “universités-garages” et conçoit l’espace tel une plateforme d’échanges où ateliers avec le boulanger du quartier, rencontres, séminaires avec des étudiants d’architecture, conférences d’artistes viennent ponctuer le temps du display, de facto évolutif – du contenu des panneaux au mobilier modulaire. Profondément collaboratif, ce projet est à l’image – novatrice et expérimentale – de la Kadist Art Foundation, et encourage l’inattendu des rencontres et la mutualisation des savoirs.

Kadist Art Foundation
19 bis – 21 rue des Trois Frères
75018 Paris

Dario Robleto – “The Dismantled Sun”
12.10 – 16.11.2013

En digne héritier d’un Joseph Cornell ou autre Bruce Conner, l’artiste américain Dario Robleto présente un ensemble de sculptures, installation et oeuvres sur papier traitant du soleil comme vecteur stimulant de création, à la fois mystérieux et lumineux, ésotérique et rationnel. Dario Robleto s’est plus particulièrement penché sur le rapprochement entre l’émerveillement et le plaisir suscités par la découverte de la nature et le plaisir, le dévouement provoqués par la découverte de la musique et de la fan-attitude.

Galerie Praz-Delavallade
5 rue des Haudriettes
75003 Paris

Pierre Huyghe
25.09.2013 – 06.01.2014
Commissaire : Emma Lavigne

Première exposition à caractère rétrospectif qui rend compte de l’univers complexe et fascinant que Pierre Huyghe développe depuis plus de vingt ans. Entre le visible et l’invisible, le permanent et l’éphémère, l’exposition se transforme comme un élément organique en soi, dont les parties se superposent et se chevauchent, se répondent ou s’ignorent. L’exposition est notamment ouverte à des formes de vie qui y sont d’habitude proscrites. Habilement, l’exposition rejoue la mémoire du lieu, réutilisant les cimaises des expositions précédentes présentées dans la galerie sud du Centre Pompidou.

Centre Georges Pompidou
75004 Paris

Philippe Parreno – “Anywhere, Anywhere out of the World”
23.10.2013 – 12.01.2014
Commissaire : Mouna Mekouar

Le Palais de Tokyo invite Philippe Parreno à investir l’intégralité de son bâtiment. Jouant à la fois avec l’espace physique du lieu et l’espace mental du visiteur, Philippe Parreno remodèle l’architecture du Palais de Tokyo, générant une dramaturgie dans laquelle il entremêle œuvres nouvelles et anciennes, au sein d’un display éthéré et lumineux, architecturé et sombre, comme autant de paliers qui rendent le bâtiment vivant.

Palais de Tokyo
13 avenue du Président Wilson
75116 Paris

Erica Baum
12.09 – 02.11.2013

Cette exposition se conçoit comme le nouveau chapitre d’un atlas inachevé, qui verra en naître d’autres au cours de l’année 2014. Le terme « atlas » n’est pas anodin : à la manière d’un recueil ordonné de cartes, les accrochages d’Erica Baum reproduisent un espace donné tout en interrogeant l’ensemble des systèmes de référencement et d’information qui gouvernent notre représentation des choses, consécutives à leur observation.

Galerie Crèvecoeur
4 rue Jouye-Rouve
75020 Paris

Laurent Le Deunff
24.10 – 30.11.2013

Laurent Le Deunff développe un lexique artistique ayant pour prédilection des motifs inspirés par la nature. Si ses sculptures se caractérisent par l’emploi de matériaux bruts, ses dessins quant à eux témoignent d’une extrême finesse du trait. Avec habileté, tant formelle que conceptuelle, Laurent Le Deunff prend un malin plaisir à jouer avec l’héritage de l’histoire de l’art, mêlant adroitement le savoir-faire, la technique et les jeux d’échelle avec une iconographie aux antipodes de la sculpture minimale.

Galerie Sémiose
54 rue Chapon
75003 Paris

Salon de coiffure Danielle
Le salon anti-hype par excellence mais un capharnaüm d’objets et toiles dignes du plus grand des displays.

1 rue du Coq Héron
75001 Paris